Le panier est vide

C'est au Mont Saint Michel que j'ai décidé de courir mon premier marathon, et c'était le 31 mai 2015

 Ayant de bonne base en endurance notamment en vélo suite à de nombreuses très longues sorties rando, je me lance le défi en 2014 de courir mon premier marathon. Seulement voilà, je ne cours pas (ou presque pas). J'avais certes tenté de m'entraîner pour un marathon en 2011 mais mon divorce m'a fait avorter la préparation.

Il était temps de régler cette histoire! D'autant que Véro court régulièrement ce sera aussi l'occasion de pratiquer la course à pieds ensemble!

Je me dégote sur le site de Kalenji un programme d'entrainement à raison de 3 séances par semaine pendant 10 semaines pour un objectif marathon à 4h. Mais hors de questions de me lancer dans cet entrainement sans avoir un peu couru avant. Je commence donc dès le mois de novembre à sortir un peu et c'est début janvier 2015 que les choses sont devenues plus sérieuses.

Premier constat: je fonds

Deuxième constat: les séances s’enchaînent bien et je n'ai pas le sentiment de souffrir plus que ça lors de mes entraînements. Alors c'est vrai? le marathon serait peut être vraiment accessible à tout le monde?

Au cours de cette préparation, je finis pas rejoindre le club Versailles Triathlon puisque la discipline (en tant que cycliste et maintenant nouveau coureur me tente depuis pas mal de temps). Au club, les séances sont bien plus difficiles et les fractionnés courts ou longs font partie de tous les entraînements! L'inévitable se produit, je me blesse au tendon d'achille en avril ce qui réduit mon moral à néant. Un mois ou presque d’arrêt dans mon entrainement et me voilà début mai. Période à laquelle les séances très longues d'entrainement ne devraient plus faire partie du programme. Je me dis alors que de toute façon, je suis inscrit et que je prendrai du plaisir quoi qu'il en soit.

Je boucle le programme en sautant quelques séances longue et me voilà le 30 mai 2015! Quel stress!!! Véro vient me cherche en voiture et nous prenons la route de Saint Malo ou nous avons réservé l'hotel. Je retire mon dossard et mon t-shirt manche longue (un poil trop petit), on se balade, j'échange ma bière contre un diabolo menthe et commence à me préparer mentalement à ce qu'il va m'arriver demain.

Je dors finalement assez bien. Debout 6h30, un petit déjeuner rapide pris à l'hotel (assez sain: jambon, fruits, yaourts, pain) j'enfile ma tenue et mes manchons de contention et c'est parti! Heureusement que Véro est là, elle parait drôlement zen et ça m'apaise! Mais bon j'ai parié le restau que je finirai en moins de 4h!

8h30, je suis sur la ligne de départ à Cancale. Il parait que l'on peut voir le mont d'ici, c'est d'ailleurs l'une des particularités du parcours: c'est le seul marathon où l'on voit l'arrivée du lieu de départ. Mais le temps n'est pas au top, il fait 10°C et c'est super brumeux, d'un autre coté, c'est peut être pas plus mal parce que je crois qu'il est loin ce satané Mont Saint Michel! 

Top! les élites partent et juste après c'est nous!

Je me colle au meneur d'allure 4h et commence l'ascension de la seule cote du parcours à Cancale. Gonflé à bloc, je ne la sens même pas passer. Au kilomètre 5, quelle surprise Véro est là! Puis longue descente vers la côte. Là, on voit LE Mont! qu'il est petit!!!! faut courir tout ça??? Non mais vraiment? Le meneur d'allure s'arrête pour un pause toilette. Que faire? s'arrêter aussi? je décide de continuer seul au rythme de 5 minutes 38 du kilomètre.

Finalement les kilomètres s’enchaînent bien, les ravitaillements plutôt bien organisés! et l'ambiance est au top: des centaines de supporters pour nous applaudir, des enfants qui tapent dans nos mains, c'est GENIAL! en revanche la bruine commence à faire son apparition, mais je ne la sens pas.

Arrivé au km 21, un type tombe raide juste devant moi, le public lui vient en aide, mais ça marque: va t il m'arriver la même chose? les binômes du marathon duo rentrent en piste, tout frais alors que moi j'ai déjà 21km dans les pattes! Ça calme, je regarde ma montre 1h58! Cool je suis à l'heure. 

J'englouti les abricots sec fournis au dernier ravitaillement et ne pense pas à la suite, les kilomètres continuent de défiler, 30, 31, 32. On est dans les polders. Il n'y a plus personne pour nous supporter et les gens tombent comme des mouches. Certains marchent, d'autres abandonnent, mais moi ça va! Je chope un gel qu'on me donne au kilomètre 33 et je m’arrête pour une pause toilettes au 35ème. 

Cauchemars: une horrible douleur au genou m'empêche de repartir. Vais-je pouvoir finir? Je n'arrive même plus à marcher! Il est temps de débrancher le cerveau et de se faire violence! Je marche, puis finalement je trottine et finalement la douleur disparaît! Oui, je vais le finir ce marathon!!! Kilomètre 40, au pont de Couesnan, le public revient, le Mont apparaît, la ligne aussi c'est au bout, juste au bout, il ne reste que 2,195 petits kilomètres, les hauts parleurs sur le côté font entendre la voix du commentateur qui dit "Pour ceux qui m'entendent tout au bout, c'est le moment de mettre le paquet si vous voulez finir en moins de 4h au chrono officiel".

Je mets alors les bouchées doubles et accélère jusqu'à la fin. Sur le finish, je croise encore un gars dans le fossé au kilomètre 41.5... Je passe la ligne en 3h57!

On me remet immédiatement la médaille du finisher et un sac avec des chips, de l'eau et un pomme. Le ravitaillement final est composé de yaourts, fruits secs. des masseurs sont présents, mais je n'y vais pas. Véro m'attend de l'autre coté, pourtant qu'est-ce que j'ai mal aux jambes!!

Medaille finisher marathon de la Baie du Mont Saint Michel

Yes! je suis marathonien et mon objectif est tenu! moins de 4h! J'ai gagné mon restau :)

Par contre, il ne m'est plus possible de marcher, ne serait-ce que 10 mètres. Les marches des escaliers sont un supplice. la voiture me parait garée TRES loin (et pourtant il ne doit y avoir que 400m). A l’hôtel, il n'y a pas d'ascenseur :(. Mais je le tiens ce mont! J'y suis et c'est tout ce qui compte! 

Y a pas de doute ce n'est qu'une première fois!!! Et c'est clair un marathon, avec un bon programme peut être couru par tout le monde à condition d'être en bonne santé

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

  • 13,99 € l'unité sauvTAG pour chaussures
    4.88889 5 9 Product
  • 15,99 € l'unité Bracelet d'identification sauvTAG
    4.71429 5 7 Product