Le panier est vide

Le 4 et 5 juin 2016 avait lieu à Deauville le triathlon International auquel j'ai participé une seconde fois.

 Trois distances étaient proposées: le Format découverte auquel j'avais participé l'an dernier, le longue distance, une épreuve très courue et à laquelle je participerai un jour et le format Olympique:

- 1500m de natation dans la Manche sous forme de deux boucles de 750m avec une sortie à l'australienne,

- 42km de vélo dans le pays d'Auge avec la fameuse côte de Saint Laurent (15% de dénivelé sur 1km)

- 10km de course à pieds (plutôt 11km en réalité) sur les planches en deux boucles.

Tarif 75,5€ pour les licenciés en solo et 109€ pour les équipes (nettement moins élevé que pour le Garmin Triathlon de Paris 2016)

http://www.triathlondeauville.com/

Les dossards se vendent assez vite et il est recommandé de s'inscrire au moins 4 mois à l'avance pour cette épreuve très courue. Deauville est devenu une place incontournable du triathlon en France, je crois savoir que c'est le troisième plus populaire et plus couru.

Après ma tentative de l'an dernier et mon deuxième triathlon à Chantilly, j'avais envie de rallonger un peu la distance de natation et le format olympique m'a semblé tout adapté. J'ai donc pris mon dossard assez tôt en janvier.

Courant mai, j'ai un peu délaissé mon entrainement natation et je n'avais encore presque pas pris le vélo de l'année à part pour accompagner Véro pour son entrainement pour le Garmin Triathlon de Paris 2016. De plus, le samedi soir je devais fêter les 35 ans de l'un de mes meilleurs potes. Du coup mi-mai, je décide de remettre mon dossard en vente sur plan D :  https://www.pland.fr (je ferai probablement un post dessus un jour). Mais le fait d'accompagner Véro sur le tri de Paris, et le fait de ne pas avoir réussi à vendre mon dossard m'a remotivé et j'ai décidé finalement le 1er juin de courir malgré tout ce triathlon. Par contre j'y suis allé en touriste, parce que mon entraînement n'était vraiment pas au top.

Je prépare donc mes affaires le jeudi 2, priant que la météo soit favorable, puisqu'à Paris il a plu toute la semaine, récupère ma vieille combinaison de planche à voile et je pars le 3 au soir après le spectacle de danse de ma fille, seul pour Deauville. Je prévois de rentrer le lendemain dans l'après midi. J'arrive assez tard à l'appartement de mes parents et me prépare une bonne plâtrasse de spaghettis parce que demain, je vais en avoir besoin!

Samedi 4 juin. Debout à 6h. Je me rends au stand de retrait des dossards qui ouvre à 6h30. Il pleut! Il y a du vent! et punaise ça caille! Qu'est que je fais là?? Cette année, on retrouve mon dossard sans difficulté et je rentre à l'appartement pour prendre un café et me détendre un peu. Je prépare mes affaires. J'insère notamment le gel offert par l'organisation dans ma ceinture porte dossard, colle mes autocollants sur mon casque et mon vélo et me mets devant la télé avec mon café. Il faut que je me détende parce que là, ça va pas du tout!

Triathlon de Deauville 2016 - avant la course

8h45. Il est temps de partir et d'aller dans le parc à vélo. J'y arrive à 9h, et découvre que les emplacements ont été attribués afin de regrouper les clubs entre eux. Je retrouve donc les collègues du club et c'est sympa! Pour nombre d'entre eux c'est le premier triathlon olympique aussi, de surcroît c'est en mer. On échange un peu sur le vécu, les bons tuyaux pour passer l'épreuve de natation en toute sérénité. On me file un peu de gel anti-frottements puisqu'apparemment ma combi n'est pas du tout adaptée à la natation. Le commentateur annonce la température de l'eau: 14°C!!! Ça va être froid, très froid et il bruine toujours...

9h40. Nous nous mettons à l'eau pour s'habituer à la température et faire rentrer un peu d'eau dans la combi. Effectivement c'est froid. J'ai fait l'erreur de ne pas mettre la tête dans l'eau et de ne pas essayer de nager...Erreur qui me vaudra, je pense, 5 minutes sur mon chrono. Nous remontons vers la zone de départ, et je me place dans le sas débutants en évitant de faire la même erreur que l'an dernier en me plaçant en queue de sas cette fois-ci. L'attente n'est pas longue, l'ambiance est au top! Malgré la météo tout le monde semble être très heureux d'être là, la musique met bien l'ambiance et le commentateur lance quelques blagues qui mettent tout le monde à l'aise. Le public est autour de nous et nous encourage déjà. En fait, ça va être chouette!

10h. Les premiers s'en vont, ça va vite! très vite.

  

Puis le sas "intermédiaires", puis enfin mon sas. Je pars tranquille et me mets à l'eau doucement. Je tente de me lancer et là, c'est l'horreur, rien à faire: impossible de nager le crawl en Total Immersion. En effet, je ne parviens pas à mettre la tête dans l'eau. Je sens mon cœur qui se serre à chaque fois. Et sans crawl, impossible de venir à bout des 1500m de natation. Je regarde autour de moi, tout le monde est parti, je suis seul, bon dernier et après plusieurs tentatives, j'envisage sérieusement l'abandon. Je m'arrête deux minutes, me concentre et tente une dernière fois et cette fois ça passe! ouf! La combi m'aide bien à flotter et je n'ai pas besoin de battre les jambes comme en piscine avec un pull buoy. Très rapidement, je rattrape les derniers et au bout de quelques minutes j'arrive à la première bouée. Je cale ma respiration sur deux temps. passée la première bouée, je me rends compte que le courant est favorable pour la seconde bouée, je me rassure et continue sur le même rythme en prenant un peu plus au large afin d'avoir la place de nager. Deuxième bouée, il y a plus de monde, et surtout, je ne sais pas pourquoi mais un peu de houle. Ça va me filer le mal de mer cette histoire. Je replonge la tête dans l'eau sans y penser et prend la direction de la plage. Je croise le premier qui sort de l'eau en même temps que moi après avoir bouclé son deuxième tour alors que je n'en suis qu'au premier. Rebelote, je passe devant le public puis replonge à l'eau en direction de la première bouée pour mon second tour. Ça se passe mieux et je vois en respirant que le ciel se dégage un peu, c'est cool! Je finis finalement le parcours en 37 minutes, temps minable, mais au moins j'ai fini et c'est le principal. Visiblement je ne suis pas dernier, mais y a pas grand monde derrière moi.

Je remonte la plage, passe sous les douches et rentre dans le parc à vélo. Mon impression était fausse, il y a encore dans le parc un paquet de vélo, je dirais un bon tiers. Ça me refile la pêche et je cours vers mon emplacement en zig-zag, un peu sonné par la natation. Je retire ma combi, enfile mon casque, mon dossard, puis mes chaussures et je pars vers la sortie. J'ai bien entendu mon sauvTAG au poignet en cas de pépins, même si sur ce genre de course, mon dossard permet de m'identifier facilement. J'enfourche mon vélo et me voilà parti sur le mythique parcours vélo. Tout doux. Parce que je ne veux pas me cramer pour la course à pieds. Tout doux, certes, mais apparemment les gens autours de moi ne vont pas plus vite, voire même moins vite. Rapidement, j'arrive à la côte de Saint Laurent. Hahah! on va s'amuser! Je pars en danseuse puisque mon vélo est équipé en double plateau. Mais rapidement je mets le pieds à terre pour plusieurs raisons: 1) c'est franchement plus raide et plus long que ce que je pensais. 2) y a beaucoup de monde et peu de place, 3) je ne sais pas pourquoi mais mes cales se sont déclipsées. Bref, de toute façon, je ne serais pas arrivé au bout.

Coureurs dans la cote de Saint-Laurent au triathlon de Deauville

Je remonte sur le vélo en haut et continue sur le parcours à environ 30km/h. Première descente: impossible de ne pas freiner: gros virages, route mouillée et dos d'âne en bas. Je continue, double pas mal de monde et arrive au bout d'une quarantaine de minutes à la deuxième difficulté du parcours, une autre côte où pas mal mettent le pied à terre également. Pour le coup j'arrive en haut sans trop de difficultés et passe au premier ravitaillement vélo, plutôt bien organisé je dois dire, je parviens à attraper un bidon d'eau qui fait du bien parce que mine de rien, le soleil commence à se montrer. Le parcours continue dans la vallée de l'auge empruntant des petites routes très pittoresques et finalement pas en si mauvais état que cela. La dernière difficultés se trouve à moins de 6 kms de l'arrivée et me semble un peu plus difficile. On voit que je ne me suis pas bien entraîné, mais je la passe quand même. J'arrive à la grande descente de l'hippodrome de Clairfontaine dans laquelle il faut franchement freiner à cause de son virage à angle droit en bas, arrive au deuxième et dernier ravitaillement vélo et rentre dans le centre de Deauville, le parcours vélo touche à sa fin. Je me mets à mouliner un peu plus pour permettre une transition plus facile. Je descends du vélo et rentre dans le parc. Dépose le vélo, change de chaussures, retire le casque et repars immédiatement.

Parcours velo, triathlon international Deauville 2016 - distance olympique

Étonnement, la transition ne se passe pas trop mal, je parviens à courir et file même à 12km/h, en me surprenant un peu compte tenu de mon ressenti minable sur mes derniers entraînements. Sur la boucle de 5kms qu'il faut effectuer deux fois, il y a 3 ravitaillements gobelet, avec du coca, de l'eau, du sucre, des oranges, des bananes et des raisins secs.

Bertrand POLLET au triathlon de Deauville 2016

Au kilomètre 3 et 8, il y a des éponges qui permettent de se rafraîchir un peu puisque maintenant il fait très beau. Je boucle les 11 kms en 55 minutes, content de moi et passe la ligne au terme de 3h10 de course.

Parcours course a pieds, triathlon international Deauville 2016 - distance olympique 

Je finis 495 sur environ 1050 arrivants. On me remet la médaille et le t-shirt de finisher.

T-shirt Finisher triathlon de Deauville 2016 - dos

T-shirt Finisher triathlon de Deauville 2016 - front

 

Je me rends au ravitaillement final dans la traditionnelle cours des bains. On y trouve de tout. Coca, eau, sandwiches, gâteaux, chocolat et même de la bière, si si de la bière! J'y passe une dizaine de minutes et vais finalement récupérer mes affaires dans le parc à vélo. 

Mon bilan est que c'est un TRÈS beau triathlon, très bien organisé, avec un magnifique parcours vélo et de belles côtes, une épreuve de natation finalement assez sympa si la mer n'est pas démontée et c'est toujours sympa de courir sur les planches!

Bref, j'y reviendrais un jour pour courir le longue distance cette fois-ci!

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

  • 13,99 € l'unité sauvTAG pour chaussures
    4.88889 5 9 Product
  • 15,99 € l'unité Bracelet d'identification sauvTAG
    4.71429 5 7 Product