Le panier est vide

Nous devions effectuer une randonnée dans les Pyrénées françaises, près du cirque de Gavarnie, mais la météo très orageuse, nous a contraints à se rabattre sur le versant espagnol.

Cela dit, ce n'est pas grave, cela faisait un moment que je lorgnais sur le canyon d'Ordesa, le Grand Canyon européen, classé d'ailleurs à l'UNESCO.

Habib et Véro étaient de la partie, et nous devions retrouver Gaby dans la nuit du vendredi au samedi à Toulouse. Nous avons donc pris la route pour Toulouse, le vendredi soir.

Samedi 13 au matin, on fait un point météo et on écarte définitivement, le coté français. Par contre, pour aller au même endroit, mais versant espagnol, il faut compter 3h de voiture de plus. Direction Torla-Ordesa en Espagne. C'est parti!

Heureusement, j'ai une carte du coin au 1:25 000 que j'avais acheter à l'occasion du tour du Mont Perdu que j'avais tenté d’effectuer avec mon cousin en 2012. Cette carte, si vous la cherchez se trouve à la bibliothèque du vieux campeur pour 12€. Elle est également disponible ici.

Carte du parc national Ordesa en Espagne

Cette carte est franchement bien, mais... la notion de sentier difficile n'a rien à voir avec ce que l'on peut voir sur les cartes IGN que nous connaissons bien. J'y reviendrai! ;-)

En voici un extrait, celui qui nous intéresse:

Carte du canyon Ordesa

Pour une image en plus haute définition cliquer ici

Après 3h de route, difficile car sous la pluie et empruntant d'autres canyons TRES étroits, nous arrivons à Torla où nous garons la voiture. Le ciel est particulièrement gris. Pardon, noir! L'entrée du canyon est là. Il est majestueux avec ses parois verticales, nous n'en voyons pas le bout puisqu'il oblique un peu au nord. Mais c'est réellement impressionnant.

Sous l'abri, à coté du parking, nous avalons un premier sandwich puis nous assistons à un véritable déluge. En quelques secondes, le paysage devient invisible. Ça gronde de partout et le parking se transforme en un torrent de boue. A tel point que je m’inquiète de l'étanchéité des portières de ma voiture! Bref, nous y sommes, mais est-ce raisonnable de prendre le départ? Nous attendons un peu, puis cela se calme. La pluie est continue, mais plutôt faible. Nous nous concertons et décidons finalement d'y aller, quitte à rebrousser chemin. 

Nous partons donc assez tard, sous la pluie et commençons l'ascension plutôt tranquille. Au bout de 2h de marche, le long de l'Arazas, la rivière au fond du canyon, nous arrivons sur un plateau. Voici à quoi pourrait ressembler le paysage s'il avait fait beau...

Canyon d'Ordesa - Espagne - par beau temps

Sur ce plateau, nous croisons le refuge de Soaso, simple cabane, près de laquelle nous passerons la nuit. Le temps est moins mauvais, nous essayons de nous réchauffer un peu dans la cabane et faisons sécher nos affaires, puis vers 22h, nous rejoignons nos tentes pour une nuit finalement encore TRES humide.

Topo du jour 1 - Canyon Ordesa

Dimanche 14 juin. Réveil matinal et... oh surprise! il fait grand bleu! Bon ben c'est cool! Je réveille tout le monde, on avale un café, on replie les tentes et on y va! Les vaches nous ont rejoint!

Vaches dans le canyon Ordesa - Espagne

Au début, l'ascension reste douce, puis une fois traversé la rivière, nous devons faire un choix: prendre le sentier qui mène au refuge de Goriz ou bien emprunter les "clavijas de Soaso". Nous optons pour cette dernière option qui finalement était un peu plus technique que prévue. Il s'agit de mains courantes avec des prises métalliques parfois trop espacées  pour être utiles et un beau dévers. Habib, râle un peu sur Véro qui avait poussé pour cette option, mais nous parvenons au sommet des clavijas en une quinzaine de minutes.

Bertrand POLLET dans les clavijas de Soaso - Ordesa - Espagne

Une fois au sommet, la vue sur le canyon d'Ordesa est à couper le souffle!

Canyon Ordesa - Espagne

Nous continuons vers le refuge de Goriz par une ascension régulière et sans autres difficultés techniques. Le Monte Perdido est en ligne de mire! Nous prenons une pause au refuge. Le temps commence à se couvrir à nouveau. Nous reprenons donc rapidement la route vers le nord. Cela continue de grimper, nous passons un petit passage technique ou il faut mettre les mains (rien de bien méchant). Nous déjeunons auprès d'une source (fuente de Gavachos) et d'une grotte. Nous poursuivons maintenant notre ascension vers le col de Descargador à 2454m. Puis cela se complique: de l'autre coté, tout est enneigé. Les cairns et les marques sont donc invisibles et il faudra continuer "à vue" vers le prochain col (col de Millares, 2494m). Finalement c'est très amusant! D'ici nous apercevons sur notre droite la Brèche Roland, qui marque la frontière avec la France. De l'autre coté, à moins de 5 kms à vol d'oiseau, c'est la France et le cirque de Gavarnie. Gaby n'est pas au top de sa forme, et la ceinture ventrale de son sac a cédée, mais il sert les dents, il sait que l'arrivée n'est plus très loin.

Nous continuons toujours à vue à présent vers le col de "la Catuarda" à 2516m en traversant une plaine fortement enneigée.

Gaby, Habib et Bertrand au Parc national du mont Perdu - Espagne - juin 2015

Une averse de grêle assez forte nous surprend, mais nous parvenons au col (un peu plus difficile à trouver celui ci) en une trentaine de minutes. A présent, il est temps de redescendre. Comme Gaby doit prendre un vol sur Toulouse demain, le plus nous descendrons aujourd'hui, le mieux se sera.

Nous nous arrêtons dans "La Ribiera la Catiarta" à environ 2350m d'altitude. il y fait froid, très froid même. Nous n'y trouvons pas de bois pour faire un feu, mais il fait sec. Et surtout, nous avons un super comité d'accueil, un isard que nous avons surnommé Alphonse :-)

Isard dans le parc national du mont perdu - Espagne

Alphonse n'est absolument pas farouche et s'approche même très près avec d'autres de ses copains. En fait, ils se posent même tous à coté de nous et on passe la nuit avec eux. Je suis très surpris de ce comportement, très apprivoisés finalement. J'étais habitué à des animaux beaucoup plus farouches que cela dans mes autres randonnées. Mais bon... ils nous tiennent compagnie et c'est très sympa!

Un isard nous tient compagnie toute la nuit - Parc national du Mont Perdu - Espagne

Gaby n'étant pas très en forme, et l'heure de réveil du lendemain étant très matinale, nous nous couchons assez tôt.

Canyon Ordesa - jour 2 - Espagne

Lundi 15 juin. Réveil matinal donc. Nous replions rapidement les tentes et partons vers le sud. Nous savons que nous avons deux options également comme hier. Les deux options impliquent des mains courantes. Les "Clavijas de Carriata" ou la "Fajeta". Au refuge de Goriz, on nous avait recommandé la deuxième option, normalement moins technique. En tout cas d'ici, avant de descendre la vue est impressionnante et nous ne comprenons pas bien par où nous allons passer. Nous avons notamment une vue sur la très célèbre vire très exposée de Faja de las Flores.

Fajas de las Flores - Canyon Ordesa - Esapgne

Nous entamons notre descente dans un couloir très étroit de la falaise et très exposé également. Je dirais qu'en soit, il n'est pas très technique, mais il est particulièrement impressionnant pour ceux qui ont le vertige, puisque si on glisse, on finit 400m plus bas!

Vers la Fajeta - Parc national du mont Perdu - Espagne

Nous parvenons finalement à la Fajeta qui n'est en fait qu'une autre vire encore très exposée avec une main courante

La Fajeta - Parc national du Mont Perdu - Espagne

La Fajeta - Canyon Ordesa - Espagne

Nous apprendrons plus tard que nous avons bien fait de ne pas emprunter les Clavijas de la Carriata qui étaient nettement plus techniques.

 

Passés ces clavijas, nous descendons sans peine en 2h au parking où nous avions laissé la voiture et prenons une bière, je pense bien méritée.

jour 3 - Canyon Ordesa - Espagne

Bref, une magnifique rando qui nous aura marqué par ses quelques passages parfois techniques et ses paysages à couper le souffle. En gros, ce qu'il faut comprendre c'est qu'un passage dit compliqué sur une carte espagnole est vraiment compliqué...

La météo n'a pas été parfaite tout le temps, mais nous avons globalement eu de la chance. Nous reviendrons probablement en Espagne randonner, mais peut être avec un baudrier cette fois!

Commentaires   

#1 Antoine 15-06-2016 09:26
Merci pour ce récit et pour la carte du canyon d'Ordesa en téléchargement
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

  • 13,99 € l'unité sauvTAG pour chaussures
    4.8 5 10 Product
  • 15,99 € l'unité Bracelet d'identification sauvTAG
    4.71429 5 7 Product