Le panier est vide

Les JOs de Rio 2016 ont débuté il y a presque 6 jours aujourd'hui. La voile est un sport olympique, mais nous ne voyons (presque) jamais les épreuves à la télé. C'est dommage, d'autant que certains supports ont été introduits pour rendre ce sport plus télévisuel (49er, Nacra 17...). C'est d'autant plus dommage que nous avons de très bons voileux, notamment une planchiste, Charline Picon et un excellent équipage mixte sur Nacra 17. Mais pourquoi? Tout simplement parce que personne n'y comprend rien et que sans quelques explications il est très dur de suivre le déroulement d'une manche sans s'endormir. Voyons cela ensemble!

le classement

Pour commencer, il faut comprendre que la course se déroule en plusieurs manches. Au terme de chacune des manches, le bateau marque un certain nombre de points: le premier marque un point, le 2ème 2 points, le 3ème 3 points, etc... Pour les JOs, au terme des 9 premières manches, on sélectionne les 10 bateaux qui ont le moins de points (chaque équipage peut supprimer sa plus mauvaise manche), et on fait une 10ème manche avec ces 10 bateaux, où les points comptent double. Le premier est celui qui cumule le moins de point au terme des 10 manches.

le parcours

Le parcours que suivent le plus souvent les bateaux en régate s'appellent la triangle olympique. Il existe d'autres types de parcours, le parcours banane, le trapèze ou les parcours côtiers beaucoup plus longs...

Parcours olympique a la voile

Le départ sur un parcours olympique est donné "sous le vent", en bas du parcours. Les bateaux effectuent une première remontée au vent pour passer la bouée au vent qui se trouve dans l'axe du vent depuis le départ, ils la laissent le plus souvent à gauche puis partent vers la bouée de largue, ce qui leur permet d'avoir le vent de 3/4 dans le dos, ils tournent autour de la bouée de largue en la laissant toujours à gauche puis filent vers la bouée sous le vent, la même que celle du départ. Ils effectuent une deuxième remontée à la bouée au vent puis redescendent directement à la bouée sous le vent en ayant le vent théoriquement parfaitement dans le dos (c'est une allure casse gueule, j'y reviendrai). Enfin ils remontent une troisième fois à la bouée au vent pour passer la ligne entre le bateau comité et la bouée au vent.

Sur les JOs de Rio 2016, il semblerait que le parcours soit plutôt de type parcours banane: Vous prenez le parcours olympique et vous retirez la bouée de largue. L'arrivée se fait en bas, avec une 3ème descente sous le vent.

En cas de mauvais temps (forte pluie, brume, forte mer), ou lorsque le parcours est long, on ne voit pas le bouée. Un cap est donné pour chaque bouée, il faut alors naviguer au compas qui est accroché au mat.

Un départ ne sera pas donné en revanche si le vent dépasse 35 noeuds (65km/h), croyez moi c'est déjà énorme!

La procédure de départ

Le départ se donne donc entre la bouée sous le vent et le bateau comité. Sur ce dernier, il peut y avoir un mat sur lequel se hissent des drapeaux signalant diverses choses (temps restant, pénalités, etc...), ce mat peut servir de deuxième point pour matérialiser la ligne de départ.

Le bateau comité donne un premier signal indiquant que le départ sera 5 minutes plus tard. Il hisse alors un premier pavillon. Il est alors temps pour tous les bateaux de bien regarder le plan d'eau, de choisir sa tactique. Une minute avant le départ, un deuxième coup de canon est donné. Il est temps de se positionner sur la ligne ou légèrement en retrait si on veut tenter un risqué départ lancé. Il est en effet INTERDIT de franchir la ligne dans la dernière minute sous peine de sanction. 

Généralement sur les grosses régates internationales, il n'y a pas 36000 bonnes options de départ ou de tactique, certains partiront du bateau comité, d'autres de la bouée, mais dans 95% des cas tout le monde veut partir du même endroit et du coup c'est la bagarre pour trouver sa place et réussir à s'arrêter 1cm avant la ligne.

les options de depart en regate

Voici les quelques options (cf schéma ci-dessus)

A: Vous êtes sur d'avoir du vent frais

B: Il vaux mieux partir lancé pour sortir du paquet rapidement.

C: Attention vous risquez de vous faire piquer le vent par ceux qui sont en B ou en A

D: Finalement le seul avantage est de ne pas risquer de heurter d'autres bateaux et de garder du vent frais.

Cependant ce n'est jamais aussi simple parce que les options dépendent aussi du vent qui n'est JAMAIS stable en direction.

49er sur la ligne de depart

Le dernier coup de canon est donné, le départ est lancé. Les bateaux devant effectuer un pénalité doivent effectuer un tour sur eux même voire dans certains cas tourner autour du bateau comité.

La remontée au vent

Vous vous en doutez certainement, un bateau à voile n'est pas capable d'avancer face au vent, cela parait assez logique. Par contre il peut s'en approcher. Il lui est possible de remonter le vent avec un angle d'environ 20°. Certains support remontent beaucoup mieux le vent que d'autres. Les dériveurs excellent en la matière.

Donc pour aller à la bouée au vent, il faut "louvoyer".

Louvoyage

C'est donc la raison pour laquelle vous voyez des bateaux partir dans tous les sens. Sauf qu'on ne louvoie pas n'importe comment, sinon on arrive dernier.

Il faut regarder le plan d'eau. Le vent n'est pas constant, il varie en force et en direction suivant les endroits du plan d'eau et suivant les rafales. Les changements de direction du vent s'appellent des adonnantes ou des refusantes (en fait c'est la même chose, c'est juste une question de point de vue, exactement comme le verre à moitié vide ou à moitié plein.). L'adonnante est lorsque l'on subit le changement de vent en notre faveur et la refusante en notre défaveur. Il faut donc chercher les adonnantes. Explications avec un schéma:

adonnantes et refusantes en voile

Sur le schéma, la bouée est la bouée au vent. le bateau A avance en espérant que le vent normalement établi dans la direction 1 change dans une rafale dans la direction 2. Si c'est le cas alors le bateau A pourra remonter plus vite à la bouée au vent. A l'inverse le bateau B s'en éloignera ou alors il sera obligé d'effectuer un virement de bord pour lui aussi bénéficier de l'adonnante. Comme chaque manœuvre est coûteuse en vitesse et en temps, il vaut mieux être le bateau A que le B. Un bon skipper ou un bon équipier verra les opportunités et les risques du plan d'eau en la matière d'adonnantes et de refusantes. De même il ira chercher le coin du plan d'eau où il y a le plus de vent. Le chemin le plus direct n'est pas forcément le plus venté donc pas le plus rapide.

Sur la remontée au vent, comme tout le temps en fait, il faut que le bateau soit à plat ou alors si c'est un catamaran, la deuxième coque doit à peine effleurer l'eau. C'est comme cela que le bateau avance le plus vite. Mais c'est aussi lors de cette remontée que justement c'est le plus difficile de garder le bateau à plat. Alors on se met au rappel ou au trapèze, à l’extérieur du bateau accrochés par un câble fixé au mat, histoire et faire levier et de forcer la mise à plat du bateau. Dernier paramètre en cas de gros temps: les vagues, il faut apprendre à les dompter pour bien les passer sans perdre de vitesse. Sur la remontée au vent, généralement on les prend de face. Ça peut donc devenir sportif et acrobatique.

les vagues en regate

Le premier bord de largue

Ça y est, la bouée au vent est passée, il faut maintenant se rendre à la bouée de largue, l'enrouler et se rendre à la bouée sous le vent. C'est l'allure la plus rapide. Les bateaux en disposant, lanceront le spinnaker. les réglages de voile changent, on remonte un peu la dérive pour limiter la traînée du bateau, généralement c'est une allure qui dépote, mais c'est aussi une allure où il faut jouer l'équilibriste. La moindre faute peut envoyer l'équipage à l'eau.

bord de largue en 470

Ensuite on "empanne" à bouée de largue et on part à la bouée sous le vent. On range le spi, vite vite vite. On redescend la dérive on refait les réglages et on repart vers la bouée au vent en louvoyant. 

La descente vent arrière

Il est tentant de croire que le chemin le plus rapide entre la bouée au vent et la bouée sous le vent est une ligne droite. Ça peut effectivement être le cas. Mais le vent arrière n'est pas l'allure la plus rapide. Pour certains bateaux, elle peut être très scabreuse et certains équipages se rajouteront fictivement des bouées de largue pour au finale rallonger le parcours mais aller beaucoup plus vite. On retrouve le spi et on verra des bateaux qui ne sont pas tout à fait à plat mais avec une légère "contre-gite", le bateau penche du coté opposé à la voile pour forcer le vent à souffler dans l'axe exact du bateau.

L'arrivée

Comme le départ: entre une bouée et le bateau comité.

Les règles de course

Parfois on voit des bateaux virer de bord, alors qu'ils sont bien lancés pour laisser passer un autre bateau. Mais pourquoi bon sang???

A la voile, comme en voiture, c'est priorité à droite. Lorsque deux bateaux se croisent, celui qui est prioritaire est celui qui prend le vent par la droite. Encore une tactique pour ralentir un concurrent. Le forcer à virer de bord.

A l'arrivée sur les marques de parcours c'est un peu chaud parfois car il peut y avoir beaucoup de monde. Le bateau qui est le plus à l'intérieur du parcours (du triangle), sera toujours prioritaire sur celui qui se trouve à l'extérieur du parcours. Ce dernier doit lui "laisser de l'eau à la bouée" et le laisser passer.

Une règle de course non respectée, refus de priorité, etc... devra être réparée avant le passage de la ligne d'arrivée par un tour complet sur soit même. Si la faute n'est pas réparée, l'équipage pourra être disqualifié pour la manche.

Voilà j'espère que c'est un peu plus clair et que cela vous permettra de suivre les régates à la télé! Si vous avez des questions, n'hésitez pas!

Aller, petite vidéo de 470 et de 420 en régate pour se faire plaisir!

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

  • 13,99 € l'unité sauvTAG pour chaussures
    4.88889 5 9 Product
  • 15,99 € l'unité Bracelet d'identification sauvTAG
    4.71429 5 7 Product