Le panier est vide

Ce weekend du 15 août  2017, j'avais envie (et peut être un peu besoin aussi) de me changer les idées. J'ai regardé un peu partout ce que je pouvais programmer comme sortie vélo et finalement c'est la Seine Maritime qui a été élue.

J'ai d'abord trouvé une super carte des pistes de la seine maritime que vous trouverez ici.

https://www.seine-maritime-tourisme.com/fr/je-prepare/documents/Carte-des-veloroutes-CDT-2014.pdf

Dessus, on y trouve notamment un bout de l'eurovelo 4, autrement appelée route du littoral et aussi une partie de la voie verte reliant Paris à Londres (la fameuse Paris - London).

J'ai donc décidé de prendre un train au départ de Paris pour Rouen pour 12€, et un train retour depuis le Havre 2 jours plus tard pour 19€. Bref autant dire que ce n'est pas le train qui aura grevé mon budget! :)

J'ai donc planifié un itinéraire de 220kms collant sur mes horaires de train qui passerait donc par le parc des Boucles de la Seine Normande et par la cote d'Albâtre, avec une première nuit à Yvetot et une seconde à Etretat que je n'avais jamais visité!

Itineraire 220 km a velo seine maritime

Quant à l'hébergement, j'avais prévu deux campings:

Mais en discutant un peu avec Véro, elle me file un bon tuyau du coach de la salle de sport qui me permettra de passer une soirée bien plus sympathique chez l'habitant à Yvetot. Repas et nuit gratuits en plus! https://fr.warmshowers.org/

Je ferai certainement un article dédié sur le sujet un jour tant j'ai trouvé l’expérience intéressante!

Jour 1: Je laisse Véro à Paris et je prends la direction de la gare Saint Lazare pour mon train à 10h19. Après 1h30 de train, j'arrive à Rouen sous un beau Soleil. Je ne connais pas bien la ville et je me ballade un peu, passant par l’hôtel de ville, le palais de Justice qui est juste impressionnant et la cathédrale. Toutes les ruelles sont très médiévales, c'est très sympa, j'en garderai un bon souvenir.

Cathedrale Rouen

Je reprends la rue Jeanne D'arc et retrouve la Seine. Constat étrange auquel je n'avais jamais réfléchi: la Seine est basse (?!). En effet, elle subit l'influence des marées jusqu'au barrage de Poses une 30aine de kilomètres en aval, ce que je ne savais pas. Il n'est donc pas surprenant de voir de très gros bateaux, voire des porte-conteneurs à Rouen qui arrivent à remonter la seine à marée haute.

Je longe donc la seine jusqu'aux docks que je contourne et prends la direction du sud sur une bonne piste cyclable jusqu'à Hautot-Sur-Seine. Cette première partie de 10kms est, je dois l'avouer, fort décevante car l'environnement entre les silos à grains et les docks n'est pas des plus joli.

C'est à Hautot-Sur-Seine que la piste cyclable se transforme en chemin de halage et que le décors devient plus intéressant. Je m'arrête à hauteur de Sahurs pour prendre mon déjeuner juste devant le bac qui mène à la Bouille qui a l'air très charmant, juste en face (rotation toute les 10 minutes environ). Le décors a par ailleurs inspiré un peintre impressionniste: Alfred Sysley, comme à bien d'autres endroits d'ailleurs en Seine Maritime. (https://www.seine-maritime-tourisme.com/diffusio/fr/je-choisis/une-balade/chemins-impressionnistes/sahurs/table-de-lecture-impressionniste-n1-au-bord-de-l-eau-a-sahurs-le-soir_TFOITINOR076FS000AJ.php)

Sahurs - La Bouille

Je continue sur le chemin de halage jusqu'à La Marguerite ou je reprends la route D67 plein nord jusqu'à Boscherville, où je n'avais pas le droit de louper la l'abbaye romane: http://www.abbaye-saint-georges.com/

Je rejoins la D982 nettement plus fréquentée, que je suis jusqu'à Duclair, où je marque une nouvelle pause. J'avais prévu alors de prendre plein nord vers Yvetot, mais en regardant la carte, je constate que je peux suivre les boucles de la Seine un peu plus longtemps, jusqu'au pont de Brotonne, ce que je fais sur une bonne route.

Pont de Brotonne

De là, ça se corse. Jusqu'à présent à part de brèves montées, le parcours était plat, mais en prenant plein nord sur la D490 en direction de Yvetot, c'est une longue et raide montée qui m'a surpris et un peu épuisé. De plus la piste disparait et je me retrouve à rouler sur la voie véhicules lents. Heureusement ce n'est pas très long, mais je serre bien à droite. Je parviens néanmoins à Yvetot en une bonne demi-heure. A Yvetot, vous pouvez visiter l'église qui est un peu trop moderne à mon gout, mais qui a la particularité de présenter le plus grand vitrail d'Europe: https://www.paroisse-yvetot.fr/?action=vitrail.

Après avoir fait quelques courses au centre commercial, je rejoins donc le domicile de Chantal et Christophe (rencontrés sur https://fr.warmshowers.org) qui m'accueillent donc gracieusement pour la nuit et m'offrent le repas. Nous discutons de l'itinéraire et Christophe me propose une variante plus intéressante pour rejoindre Saint-Valery-en-Caux que celle que j'avais prévue initialement.

Jour 2: Après un bon café et un bon petit-déjeuner avec Chantal et Christophe, je prends la direction du nord sur la D131. Je passe Autretot et Héricourt-en-Caux d'où je commence à longer la vallée de la Durdent. La route passe à proximité de piscicultures et de moulins très pittoresques. Je continue en direction de Cany-Barville et je m’arrête au château de Cany pour un très courte pause. Passé Cany-Barville, je prends à l'est sur la D925 que je suis sans problème avec une belle montée au début puis du plat après, jusqu'à Saint-Valéry-en-Caux.

J'ai beaucoup apprécié le calme de cette station balnéaire bordée de falaises sur des dizaines de kilomètres.

Saint Valery en Caux

Je prends mon déjeuner au bout de la jetée.

Saint Valery en Caux

Seul Bémol: le vent se lève puisque le ciel se dégage et malheureusement il va être de plein ouest, la direction que je prends.

A partir d'ici, je décide de longer la côte. Je reviens alors un peu sur mes pas et prends une ruelle en face du pont de Saint-Valéry-en-Caux (rue Max Leclerc). Ça grimpe dur, et en quelques minutes, je suis au sommet de la falaise. Je longe cette route jusqu'au lieu dit "le Tot" et reprends la D79. Mes craintes se vérifient: j'ai maintenant un fort vent de face. Je n'avance plus qu'à 15-16km/h et il me reste près de 60kms à parcourir, sans compter les nombreuses montées et descentes de chacune des falaises. Je passe par Veulette-sur-Mer et reprends une autre belle montée qui m'indique "Fecamp par la côte", sur la D79. Je continue sur cette route très calme jusqu'aux Grandes Dalles où après une belle descente, je poursuis vers Sassetot-le-Mauconduit. Je marque une pause sur une grande pelouse après la montée avec des tables de picnic, puis en repartant je vois un panneau orange indiquant la vélo-route du littoral que je décide alors de suivre. Il reste 18kms de petites routes très mignonnes, désertes et très bien balisées jusqu'au cap Fagnet d'où l'on voit Fécamp en contrebas.

Fecamp du Cap Fagnet

Je prends la descente pour aller me poser en terrasse sur le bord de mer. A la fin de la pause, je suis le panneau qui prends à gauche du restaurant "les voiles blanches" et constate par moi-même la raideur de la montée. Mais, il n'y a pas le choix. Le balisage se perd un peu dans un camping où il faudra suivre les marques du GR pour retrouver la route. Une autre descente puis une autre montée et cette fois-ci, on va un peu plus à l'intérieur des terres, où je prends un second souffle car il y a moins de vent et c'est moins vallonné. Il faut compter 21kms par la vélo-route entre Fécamp et Etretat que je parcours en 1h15 environ.

Etretat

Il est temps pour moi de planter la tente au camping municipal (à 1km du centre ville sur la D39) qui est très (trop) fréquenté et d'aller profiter de ma soirée en ville et sur la plage.

Coucher de Soleil - Etretat

Rue Etretat

Jour 3: Je prends la direction du sud sur la D39 jusqu'à une intersection indiquant "Le Tilleul". C'est bien la route du littoral, mais je n'ai pas trouvé le panneau. Je commence donc ma matinée par une raide montée dans les bois qui est assez pittoresque je dois dire. Une fois sur le plateau, le balisage est de retour. La route me fait prendre tantôt à gauche tantôt à droite, puis finalement redescend vers le cap d'Antifer (Bruneval) où je reprends une dernière montée encore assez raide. Le reste du parcours de fait sans encombre, mais je regrette ne plus apercevoir la mer jusqu'au Havre.

Le Havre - Plage

Je rejoins finalement la gare SNCF, où je prends mon dernier repas avant d'aller retrouver Véronique à Paris. 

Ma conclusion est que c'est un magnifique parcours, largement plus simple le premier jour que le second! La Vallée de la Seine est très belle à partir de Sahurs. Il y a également de beaux passages au nord d'Yvetot. Une fois arrivé sur la côte d'Albâtre, c'est une autre histoire. C'est magnifique, mais il ne faut pas avoir peur de montée. J'ai cumulé sur cette deuxième journée près de 1000m de dénivelé positif avec un vélo qui pèse presque 35kg! Bref si le vent s'en mêle en plus, ça peu vite devenir difficile. Mais j'ai toujours été gratifié par des vues magnifiques et je suis tombé sous le charme d'Etretat, même si de mon sentiment personnel, j'ai peut être préféré le calme de Saint-Valery-en-Caux.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

  • 13,99 € l'unité sauvTAG pour chaussures
    4.8 5 10 Product
  • 15,99 € l'unité Bracelet d'identification sauvTAG
    4.71429 5 7 Product